Encore un groupe en “Beach”, c’est une tendance qui a la cote ces dernières années après Beach House ou encore Beach Fossils.

Mais Dirty Beaches , en plus d’avoir un nom sacrement cool, est un groupe vraiment singulier, leur musique est assez difficile à décrire même si les mots garage et crado me viennent à l’esprit.
Quand j’écoute Dirty Beaches, j’ai l’impression de me retrouver dans un bar glauque au fin fond des États Unis sous des néons jaunes et voir Elvis obèse et alcoolisé, suant à grosses goutes devant moi pendant que je bois de la bière tiède.
Leur son me rend assez cinglé, souvent quand je les écoutes j’ai envie de me déshabiller, de me rouler par terre et de bruler ou casser des trucs. Je suis pourtant d’un naturel assez tranquille et je n’aime pas trop la déchéance mais leur son me rend malsain et me fait serrer les dents. Oui, c’est ça, leur son me fait grincer les dents.
Le chanteur Alex Zhang a un sacré charisme et une sacrée gueule, il illustre assez bien l’esthétique particulière du groupe.
Très inspiré par le cinéma certains clips comme Lone Runner (à voir absolument), s’imposent plus comme des courts métrages avec fond sonore minimaliste que comme de véritables clips.

Bref si vous ne connaissez pas ce groupe écoutez les quelques chansons suivantes et vous vous retrouverez directement dans une fin soirée avec le cœur qui bat trop vite et de la sueur coulant le long de votre T-shirt blanc.