Stimulation optique, ou les jambes de l’hiver.
L’hiver avance, le froid cogne et les jupes se raccourcissent. C’est la théorie de l’hiver qui offre à tous les passants des terreurs visuelles pour les achats de noël. Les bons pères de famille ne font pas les malins face à l’armée de petites jambes gainées de noir qui leurs assaillent les yeux.
Il n’y a rien à faire face à ces femmes de 16 à 60 ans arborant des jambes sans fin, perchées sur des talons affreusement sexuels.

Une question m’obsède face à ce spectacle : bas ou collant ? Il est indéniable que la vision imaginaire des bas me rend fou, je veux parler de la vision de l’élastique enlaçant le haut des cuisses… Mais les collants aussi ont leurs charmes, ils sont plus sensuels et donnent une image plus propre. Je ne veux pas dire que mettre des bas reviens à être une pute mais il est vrai que les femmes ne peuvent pas nier leurs pouvoirs érotiques. En voyant le profil des femmes je peux deviner si elles mettent des collants ou des bas mais je me trompe souvent, il est très difficile de deviner à travers les vêtements contrairement à la question culotte/string/boxer.

Jai acheté des bas à toutes mes petites amies mais très peu les ont utilisé, à ce qu’il parait, cela ne se quémande pas… c’est pour cela que les bas ont autant de pouvoir sur moi. On appelle ça le pouvoir de la frustration.

Pourtant ce genre de relique est à mettre entre toutes les mains, je pourrai désirer une moche avec deux verres dans le nez juste parce qu’elle porte des bas (et du vernis sur les ongles).
C’est une certitude les bas et les collants embellissent : les jambes paraissent plus fines et droites, la cellulite moins abondante et le galbe plus ferme.
Foncez mesdemoiselles.

Alléluia une vague de froid arrive cette semaine, ce qui déclenchera dans l’esprit féminin une envie forte d’exhiber leurs petites gambettes…

J’aime bien ça même si vous me donnez froid.

Guillaume Rouan