Ce n’est pas la première fois que l’on vous parle d’Olow. Marque que l’on apprécie particulièrement, qui prend son temps pour créer des collections de plus en plus complètes au fur et à mesure des saisons.

Nous avons eu la chance d’échanger avec Valentin, le co-fondateur de la marque.

Voici donc les réponses à nos interrogations.

Avant Olow il y avait quoi? Petite présentation ?

En fait on s’est connu avec Mathieu, mon associé, pendant nos études en communication. On avait l’habitude de bosser ensemble sur différents projets graphiques ou audiovisuels. A cette époque là, on avait déjà dans l’idée de monter une petite boite dans le domaine artistique. Quelques années plus tard, on a vraiment décidé de sauter dans le grand bain.

Comment vous vous levez un jour pour vous dire: “Ce sera Olow” ?

On avait sincérement envie de bosser que pour nous, sans patrons derrière le dos… L’idée est venu assez naturellement en fait. On a commencé comme beaucoup par le t-shirt qui est et a toujours été un très bon support pour des oeuvres artistiques.

Aujourd’hui comment on construit une collection chez Olow ? Comment l’équipe est-elle constituée ?

On choisit le thème de la collection par rapport à nos envies du moment, ensuite on compose les pièces, choisit les matières, les détails… Entre temps on se fait un petit aller-retour chez nos fabricants au Portugal…Et pour finir on prend contact avec les artistes qui collent le plus.

Pour ce qui est de l’équipe et de la répartition des tâches maintenant. Moi, je m’occupe de toute la communication / marketing / partenariats / events / contenu du site web et des catalogues. Mathieu quant à lui gère le côté commercial et la fabrication. L’aspect créatif est toujours géré à deux. On  a un webmaster qui s’occupe tout ce qui est création et mises à jour du site, référencement… Un graphiste qui crée tous les catalogues, bannières,  affiches…Un menuisier qui nous fait toutes les plv. Des photographes, une vingtaine d’artistes qui bossent sur les visuels des collections ou des exclusivités web, des rédacteurs pour le site, et des commerciaux qui sillonnent la France et l’Europe.

La collection FW12 s’annonce très aboutie. Vous aviez des connaissances particulières sur l’industrie du textile avant de vous lancer ou vous fonctionnez à l’instinct ?

On fonctionne à l’instinct ah ah…En fait on a tout appris sur le tas. Et c’est mieux comme ça en fait. On suit aucune tendance, mode ou quoi que ce soit. Pas de barrières commerciales ou idéologiques. On sort uniquement des pièces que l’on apprécie.

Vous avez pris les choses par le bon bout, pris votre temps pour assurer de beaux produits. Quels sont les projets pour l’avenir ?

Etendre la distribution sur toute l’europe dans un premier temps. Faire de belles collab’. Assurer un contenu toujours plus qualitatif du site. Grossir la gamme des vêtements.

Ah oui et j’oubliais, on lance une grosse exposition en Mars prochain…Je veux pas trop en dire plus pour l’instant, mais je pense que ça vous plaira ^^

Les collabs sont pointues, le nouveau site web est un vrai support aux contenus qualitatifs. La mise en avant de l’art et de la culture est engagement depuis le début du projet ?

Bien sûr ! Ca fait parti intégrante du projet depuis le début. En fait avant de lancer OLOW, j’avais sincérement pensé à faire des études de
journalisme… mais bon l’envie de créer quelque chose de plus concret et où je peux partir dans tous les sens a été plus fort. OLOW n’a jamais été
qu’une marque de vêtements. C’est avant tout une belle histoire et de belles rencontres. J’ai trouvé ça vraiment important de mettre en avant les
personnes avec qui on travaille, souvent totalement inconnues mais qui font des choses vraiment cools.

Trois petits mots pour conclure ?

A coups d’burins !

Merci à Valentin et Mathieu.

Vous pouvez notamment retrouver Olow chez le nouveau e-shop  Theline.

Mathieu Clément